Ce n’est pas moi, ce sont les autres!

Aire de grand passage

Quelle élégance !

La vie de Jacques BASCOU se résume en une phrase très simple : “ce n’est pas moi, ce sont les autres”. Aujourd’hui encore, malgré ses 40 années passées au service du même clan et son expérience politique, ses réussites et son gros échec de 2014, il persiste et signe. Il agit comme il l’a toujours fait, comme les anciens socialistes qu’il a accompagnés, conseillés et remplacés. On ne se refait pas, tout simplement. Cependant, le cuisant échec de 2014 ne l’a pas changé. Il œuvre comme avant, même si les Narbonnais ont souhaité en 2017 faire entendre qu’ils ne voulaient plus de ce système.
La presse locale, toujours friande du comportement décalé de Jacques BASCOU, en fait une double page avec un texte interview et une photo accréditant la thèse de “ce n’est pas moi c’est l’autre”.

Ne vous y trompez pas, Jacques BASCOU, encore une fois, roule tout le monde dans la farine. Élu maire de NARBONNE et de l’agglomération de NARBONNE en 2008, Jacques BASCOU, toujours élu conseiller municipal de NARBONNE et conseiller communautaire à l’agglomération de NARBONNE dont il assure même la présidence depuis 2008 soit depuis 10 ans, s’aperçoit seulement cette année qu’il faut trouver un nouveau lieu pour l’aire de grand passage exigée par la loi.

Mais qu’avez-vous fait depuis 2008 Jacques BASCOU pour l’aire de grand passage? La réponse est simple : l’aire de grand passage a été proposée à La Palme, elle a été acceptée par une majorité, elle a été aménagée, elle est maintenue en état ; cela coûte cher aux habitants de la Narbonnaise d’ailleurs. Pourquoi Jacques BASCOU voulez-vous changer de lieu? Tout bêtement parce que Jacques BASCOU   n’arrive pas à faire entendre raison aux gens du voyage. Face à son incapacité, comme d’habitude, Jacques BASCOU va plaindre les communes où les gens du voyage cassent et détériorent. D’abord, c’est la faute de l’Etat  parce que les lois littoral et sur les aires de grand passage existent. Ensuite, parce que le maire de NARBONNE a su écouter les quatre maires de NEVIAN, MONTREDON, MOUSSAN et MARCORIGNAN ainsi que le Député qui se sont prononcés dans la presse, sur les réseaux sociaux et à travers l’association les Dindons de la Farce contre l’aire de grand passage au lieu dit Pradines. La presse qui n’entend qu’un son de cloche, celui de l’agglomération, de l’ex maire de NARBONNE, fait des choux gras de cette phrase : « c’est la faute du maire de NARBONNE », alors que cette même presse a relayé l’opposition de deux maires Vice-Présidents de l’agglomération, également de deux maires élus de l’agglomération et des habitants de quatre communes. La presse locale qui se veut d’information, alors qu’elle est partisane, n’a pas donné tous les éléments sur ce dossier : où est l’interview du maire de NARBONNE?

Le maire de NARBONNE a certes proposé un lieu mais a su, surtout, écouter les habitants des autres communes à proximité du site, les cinq élus que sont le député et les maires. Qui plus est, le député est l’ancien directeur de campagne électorale de Jacques BASCOU mais aussi son ancien Directeur Général des Services à la Ville de NARBONNE, son ancien Directeur Général Adjoint à l’agglomération et l’ancien responsable du SCOT, sans oublier qu’il a été, également, le Vice Président de l’agglomération en charge de l’aménagement du territoire. Ces divers témoignages et avis comptent pour proposer ou refuser tel ou tel lieu d’implantation.

Le maire de NARBONNE n’a pas refusé à Jacques BASCOU par pure mesquinerie le site de Pradines. Le maire de NARBONNE a écouté, a étudié les avantages et les inconvénients et s’est rallié au bon sens.

Jacques BASCOU est toujours dans la rancœur recuite à l’égard de celui qui ne décide rien sans avoir au préalable concerté. Il ne sait pas faire ; il est toujours dans la même vieille conception de « ce n’est pas moi, c’est l’autre ».

Les électeurs lui ont bien dit que cela suffisait. Il ne les entend pas.

NOUVEAU NARBONNE a toujours su privilégier l’écoute, la concertation et n’a pris des décisions qu’en fonction de l’intérêt général. Pour l’aire de grand passage, une nouvelle fois, NOUVEAU NARBONNE a fait preuve de bon sens, après avoir écouté les Narbonnais. Faire confiance à NOUVEAU NARBONNE pour gérer sa ville est un gage de sérieux et de respect.